« 5 minutes avec » Marie-Louise Desage

Marie Favoris Shop VintageMarie Favoris Shop Vintage

C’était au festival Jazz in Marciac, il faisait beau et chaud, un groupe de Jazz berçait notre entrevue…

Marie-Louise est une artiste hors-norme. Toulousaine « expatriée » à Paris, cette jeune femme pétillante vit à 200% toutes ses passions. Chanteuse, dessinatrice, comédienne, telle une « guerrière de l’art » elle mène tous ses projets de front.

Je vous laisse découvrir son univers ou plutôt ses univers…

-       Qu’est ce qui te porte au quotidien ou comme on dit plus communément te donne envie de te lever le matin?

 

 

“Mon moteur principal c’est la transmission. Ce que j’aime faire dans la vie pourrait être représenté par une sorte de triangle de la communication : chanter, parler, écrire.

 

Je chante depuis mon plus jeune âge: de l’Orchestre du Capitole pendant mon enfance à un Big Band New Orleans plus récemment… J’ai toujours baigné dans la musique.

 

Depuis mon adolescence, je raconte ma vie dans des carnets, ils sont tout gribouillés de dessins. C’est pour moi un moyen d’expression à part entière.

 

Et pour ce qui est de parler, je fais du théâtre, j’aime depuis toujours apprendre des textes par coeur, parler à un public, donner des cours (je suis à la base professeur d’anglais), raconter une histoire. Transmettre, quoi.

 

Je crois que ce qui me porte le plus est l’opportunité de toucher l’autre, que ce soit un élève lors d’un cours, un membre du public qui vient me voir chanter ou assister à une représentation théâtrale.

 

J’ai vraiment besoin aussi de laisser aller mon imaginaire, une sorte de poésie… J’aime les personnages par dessus tout, les dessiner, les incarner et cette passion se retrouve aussi dans les textes des mélodies que je compose qui parlent très souvent de gens, leur histoire, des tranches de vie.

 

 

J’ai passé l’année dernière à New York et cette ville m’a à la fois boostée et ouvert les bras car absolument tout y est possible, elle m’a encore davantage fait prendre conscience de l’importance d’être humble car elle regorge d’artistes qui veulent tous exister et être reconnus.

 

 

-       Tu es vraiment une artiste multidisciplinaire, où vas-tu chercher toutes tes inspirations?

 

Disons que j’ai des goûts très éclectiques.

 

Côté musique, mon « number one » est Patrick Watson par rapport à son travail sur l’esthétique (textes, univers, production), j’aime aussi Blossom Dearie pour le Jazz, Feist pour la pop. Mais j’écoute aussi beaucoup de folk, d’opéra et de musique classique. The Do, Ray Lamontagne, Gustav Mahler, Sergei Rachmaninov… La liste serait trop longue!

 

Côté ciné, j’adore l’univers de Claude Sautet, celui de Jacques Audiard, et des interprètes comme Romy Scheider, Juliette Binoche…

 

Côté dessin Shaun Tan, Victor Soren et Nicolas de Crecy sont des illustrateurs que je vénère.

 

Je m’inspire, me nourris donc de beaucoup de choses… Comme a dit Michel Pettruciani un jour à un de ses élèves : « Imite Monk même si tu n’es pas lui, parce que de l’imitation sortira forcément quelque chose qui sera vraiment toi ». J’aime cette idée de se construire de milliers de petites choses qu’on a aimées…

 

-       J’imagine que tu dois avoir plein d’idées en tête, qu’est ce que tu nous prépares comme projet ?

 

 

Je prépare une exposition de mes dessins à l’étranger, je vais jouer à la rentrée dans une pièce satirique écrite par deux metteurs en scène parisiens, je vais participer en décembre à un court-métrage en anglais avec une réalisatrice de la New York Film Academy et je construis tout doucement un beau projet jazz pop alternatif…

Pour la suivre et en savoir plus :

Marie Louise Favoris Shop Vintage

« On the other side » pour Boutiques Vintage

Interview boutiques vintage Favoris by Lydia Destarac

 

J’ai eu la chance d’être contacté il y a quelques jours par Audrey de l’équipe « Boutiques Vintage » pour un entretien sur le projet Favoris et mon univers.

« Boutiques Vintage », c’est le premier site web répertoriant les boutiques et e-boutiques vintage en France avec la volonté de créer une vraie communauté qui parle et échange autour du vintage.

Pas facile pour moi qui ai plutôt l’habitude de poser les questions, pas d’y répondre!!

Pour découvrir notre entrevue c’est par ici…J-9 avant l’ouverture de la sélection de septembre, encore pas mal de travail, j’y retourne!!

« 5 minutes avec » Guillaume Destarac, my bro

J’ai décidé en cette rentrée de vous proposer un « 5 minutes avec » un peu personnel…non, non, je ne suis pas chauvine (je viens du sud-ouest), non, non je n’ai pas le sens de la famille (origine sicilienne), oui, oui je suis totalement objective par rapport à l’immense talent de ce batteur, mon « petit frère », Guillaume Destarac.

Il incarne des valeurs auxquelles j’adhère complètement : humilité, rigueur, ouverture d’esprit, curiosité…sa créativité me surprend souvent…il a en plus largement participé à la création de « Favoris »  puisque c’est lui qui a réalisé le site internet.

Je vous laisse découvrir son parcours et ses influences…

Photo Guillaume Favoris by Lydia Destarac

- La batterie, ça représente quoi pour toi?

Toute ma vie !!! J’ai commencé la batterie tardivement.

Mon père m’a offert une batterie à l’âge de seize ans, une vielle Tama vraiment pourrie que je n’avais aucune envie de jouer, jusqu’à ce que je rencontre un guitariste dans mon village qui était fan d’Iron Maiden, et là ça a été la révélation.

Quand j’ai vu ce batteur avec cette batterie énorme, ça m’a fait rêver. Je me suis acheté tous les disques et j’essayais de reproduire ce que j’entendais, je m’éclatais !

A l’âge de dix huit ans, je décide d’arrêter mes études et d’en faire mon métier. J’intègre alors le cursus professionnel de l’école Dante Agostini à Toulouse avec Daniel Dumoulin.

Mes parents m’ont fait une salle de musique entièrement insonorisée, j’y passais mes journées et mes nuits. J’y suis resté enfermé quatre années. Durant cet apprentissage, j’ai eu la chance de monter très vite sur scène avec des musiciens beaucoup plus expérimentés que moi, ce qui me permettait de mettre en pratique tout ce que j’étudiais et de l’assimiler rapidement.

En 2006, j’intègre le groupe Cadijo Blues Band avec FredPG à la guitare. On allait régulièrement jouer à Madrid au Populart Jazz Café, un club mythique de la capitale.

En 2007, on enregistre l’album « Les bras croisés ». En allant faire des jam-sessions madrilènes, j’ai rencontré Quiqué Gomez et Luca Giordano qui m’ont permis d’accompagner des musiciens américains (Russ Green, Charles Mack, Peaches Staten, Silky Sol, Bob Stroger, Jimmy Burns, Sax Gordon…).

En 2008, j’intègre le groupe de Nico Wayne Toussaint. C’est la personne qui a fait le plus évoluer mon jeu de batterie, j’ai énormément appris a ses côtés. Aujourd’hui on tourne encore ensemble (Sunset à Paris, Jazz in Marciac, Nigeria, Hollande, Belgique, Corse…).

En 2012, on enregistre le live « The Mighty Quartet Live » avec Florian Royo à la guitare et Antoine Perrut à la basse. Voilà pour la partie blues de mon parcours. J’ai d’autres formations de funk (Logilo & The Supersoulbrothers, une équipe de Toulousains), de jazz (Gabriel Midon Trio, Antoine Perrut Trio, Meajam).

Tous ces musiciens ont contribué et contribuent encore à mon apprentissage. Je ne cesse d’apprendre à leurs côtés et je les en remercie infiniment.

- Quelles sont tes inspirations majeures? tes coups de coeur musicaux du moment? et s’il ne devait rester qu’un seul album ce serait quoi?

James Cotton avec Ray Allison (live à Chicago), Steve Jordan pour le son et le jeu de batterie efficace et épuré, les Metters avec Zigaboo et les Galactic avec Stanton Moore, qui ont réussi à rassembler tous les rythmes traditionnels de la Nouvelle Orléans dans leur jeu de batterie, Brad Mehldau avec Jeff Ballard, Bill Stewart et Brian Blade, deux batteurs qui m’ont énormément influencé.

En ce moment j’écoute en boucle Chuck Brown, Snarky Puppy et D’Angelo.

Un album: Mood Swing, de Joshua Redman.

- Tes news et actu?

Je serai en concert avec Nico Wayne Toussaint à Jazz In Marciac le 16-17 août, avec Logilo & Supersoulbrothers à Vic-Fezensac le 30 août (Festival Clôture Electrique), dont le nouvel album sera disponible en Septembre, avec Xavier Faro Quartet le 20 septembre à Grisoles, et avec Antoine Perrut Trio à Oloron le 28 septembre. Le reste de mes dates sont disponibles sur mon site.

- Comment te suivre ?

www.guillaumedestarac.fr

www.nicowaynetoussaint.com

Christian au pays des tournesols…

Favoris by Lydia Destarac Vintage Shop Christian Scott

 

Il y a trois jours à peine, j’ai eu la chance de voir Monsieur Christian Scott sous le chapiteau de Jazz in Marciac.

Originaire de la Nouvelle-Orléans, a à peine 30 ans, il s’est vite imposé comme un des artistes majeurs du jazz moderne disons même jazz fusion puisque sa musique est à la croisée du jazz, du hip-hop, du rock, de la soul.

Les spécialistes en disent qu’il peut sortir des notes inhabituelles pour son instrument.

Déjà vu dans une petite salle à Bruxelles en 2007 pour la sortie de son album Anthem, je vous laisse imaginer l’excitation de le revoir sept ans après devant plusieurs milliers de personnes cette fois sur la scène d’un des plus beaux festivals de Jazz au monde.

Une équipe triée sur le volet composée principalement de musiciens ayant à peine dépassés les 20 ans, un sourire et une fierté certainement de se produire là : Christian Scott a plus que fait le job!!

Tel un chef d’orchestre trompettiste il a drivé le show, laissant à tour de rôle son sax, son clavier, sa flûtiste, son contrebassiste, son batteur et même sa femme au chant sur deux morceaux  nous faire rêver, oui oui rêver…

Ce titre de l’album Anthem reste de loin mon favori…enjoy!!