Electric Man – Rival Sons

 

Rival sons Chronique Favoris by Lydia Destarac

La première fois que j’ai écouté Rival Sons et leur album « Head Down », j’ai franchement cru que mon père était passé à côté de ce groupe quand il avait 20 ans puisqu’il ne m’en avait jamais parlé.

Sans forcément chercher à en savoir plus et n’étant pas toujours une mordu de tout savoir en détail sur un groupe, j’ai continué à les considérer comme un pilier de ma playlist ni plus ni moins.

Et en 2014, je vois que sort un nouvel album « Great Western Valkyrie » et là quand même je me dis que j’ai du zapper un truc…

Alors non Rival Sons ce ne sont pas des papis du rock.

Le groupe a été crée en 2009, vient de Long Beach California et a 4 albums à son actif.

Ce dernier album est assez différent de « Head Down » et même si les Rival Sons ont déjà un son bien spécifique, il prend là une autre ampleur.

On reste quand même sur une base très rock, blues avec une couche assez psyché en plus.

On aime beaucoup ou pas du tout, guitare tranchante, voix envoutante, ça percute c’est sûr.

J’avais envie de vous parler de ce groupe depuis les débuts de FLD et là, double occasion : Electric Man, morceau rêvé pour lancer la sélection d’Avril et les premières pièces hommes mais surtout concert Mercredi 22 avril, dans deux jours donc, au Bikini à Toulouse.

J’y serai et espérons que Jay Buchanan nous amène comme il le dit dans ce titre dans son « Promised Land »…

Sois belle et surtout ne te tais pas!

Fanny pour Favoris by Lydia Destarac

Depuis quelques mois maintenant, vous voyez ce joli minois (et ce corps de rêve je vous l’accorde) porter les pièces de mes sélections…mais Fanny ce n’est pas que ça…loin de là…

Baroudeuse, elle a vécu en Australie…mélomane, cette passionnée de culture et plus particulièrement de musique a carrément décidé d’en faire son métier…

Forcément nos shootings sont haut en couleurs et toujours dans cette préoccupation de vous faire comprendre l’univers FLD, j’ai eu envie de l’interviewer pour un article : « Sois belle et surtout ne te tais pas »…C’est parti :

- Fanny, parle nous un peu plus en détails de ces expériences et collaborations dans le milieu musical toulousain?

« Alors ça a démarré il y a plusieurs années maintenant, avec un groupe de vieux copains. On a créé une association, NRS Prod, spécialisée dans le hip-hop. Pendant quelques années ce fut un vrai régal. On a fait venir des pointures du rap US comme Army of the Pharaos, La Coka Nostra ou encore Raekwon du Wu Tang Clan.

Puis j’ai travaillé plusieurs années pour le festival Electro Alternativ avec l’équipe de Reg@rts.

Je me suis également occupé du guitariste Bernardo Sandoval pendant quelques mois (communication, production, booking). De l’electro au flamenco il n’y a qu’un pas. J’aime la diversité!

A la fin de mes études, j’ai eu la chance de rencontrer Cecile Nougaro, fille et « chanson » de Claude Nougaro. Elle portait et porte toujours le projet d’une maison Nougaro sur une péniche à Toulouse, un musée vivant, une scène flottante et un café fluvial dédié à l’œuvre de son père et tourné vers les processus de création. J’ai travaillé plusieurs années à ses côtés et aux côtés d’une équipe formidable à l’élaboration et à la construction de ce projet. Un plongeon dans l’histoire d’un génie de la chanson française, à la fois poète et jazzman. Le projet verra le jour bientôt!

Aujourd’hui c’est au sein du magazine Ramdam que je m’épanouis professionnellement. Revue gratuite et régionale, Ramdam couvre l’actualité et la richesse culturelle de Midi-Pyrénées, de la musique classique et actuelle, jusqu’au théâtre. »

- Quels sont les incontournables de ta playlist?

 « Des incontournables, il y en a beaucoup. Je suis une fidèle en musique, j’ai du mal à zapper.

Pour faire simple ma playlist est composée d’une base solide de folk avec des groupes comme Jonquil, Bon Iver ou Radical Face.

Puis une bonne dose constante d’électro. Par ici, mes incontournables sont définitivement des choses bizarroïdes et grinçantes comme the Knife ou Aphex Twin.

Pour finir, une petite couche de hip hop old school qui claque fort avec des groupes comme Cypress Hill, Non Phixion ou Old Dirty Bastard. »

- Et tes coups de cœurs musicaux du moment?

« Mes coups de cœur musicaux actuels sont portés par cette vague pop ambiante qui nous vient pour la plupart de chez nos voisins européens. En ce moment, je tourne en boucle sur l’autrichien SOHN (« The Wheel ») et le duo britannique ELEPHANT (« Skyscraper »). Des petites merveilles ! »

- Si on parle maintenant de live, quel est celui qui t’a le plus marqué?

« Il y a un triangle sacré. Les live qui ont à tout jamais marqué ma vie sont Les Chemical Brothers au Festival International de Benicassim en 2004, Deftones à Melbourne en 2007 et Björk dans les arènes de Nîmes en 2012.

Des moments suspendus, inoubliables ! »

- Et pour les concerts à venir alors, qu’est ce que tu nous conseilles?

« Fin mai je mets le cap sur le festival « This is Not a Love Song » qui se déroulera dans et autour de Paloma, la scène de musiques actuelles de Nîmes. La jeunesse de ce festival créé en 2013 n’enlève rien à la qualité de sa programmation qui tourne autour des musiques indépendantes rock, pop, electro et hip-hop. On va donc en prendre pleins les oreilles pendant trois jours. L’édition 2015 est prometteuse : Allah-Las, Ariel Pink, Caribou, Viet Cong… et je l’espère pleins de belles découvertes ! »

- Un morceau « Favoris » que tu as envie de nous faire  découvrir pour finir?

« J’aimerais beaucoup vous parler de Sylvan Esso. C’est un duo pop-electro de Caroline du Nord. On dit souvent que le plus dur c’est de faire simple et bien je trouve qu’ils y arrivent à merveille. Un parfait équilibre entre des compos electro et une voix cristalline. C’est frais, c’est élégant et c’est parfait pour entamer le printemps!

Je vous laisse découvrir « Dress », un morceau de circonstance pour jeter un œil sur les jolies robes que vous a sélectionné Lydia. Enjoy ! »