« 5 minutes avec » Marie-Louise Desage

Marie Favoris Shop VintageMarie Favoris Shop Vintage

C’était au festival Jazz in Marciac, il faisait beau et chaud, un groupe de Jazz berçait notre entrevue…

Marie-Louise est une artiste hors-norme. Toulousaine « expatriée » à Paris, cette jeune femme pétillante vit à 200% toutes ses passions. Chanteuse, dessinatrice, comédienne, telle une « guerrière de l’art » elle mène tous ses projets de front.

Je vous laisse découvrir son univers ou plutôt ses univers…

-       Qu’est ce qui te porte au quotidien ou comme on dit plus communément te donne envie de te lever le matin?

 

 

“Mon moteur principal c’est la transmission. Ce que j’aime faire dans la vie pourrait être représenté par une sorte de triangle de la communication : chanter, parler, écrire.

 

Je chante depuis mon plus jeune âge: de l’Orchestre du Capitole pendant mon enfance à un Big Band New Orleans plus récemment… J’ai toujours baigné dans la musique.

 

Depuis mon adolescence, je raconte ma vie dans des carnets, ils sont tout gribouillés de dessins. C’est pour moi un moyen d’expression à part entière.

 

Et pour ce qui est de parler, je fais du théâtre, j’aime depuis toujours apprendre des textes par coeur, parler à un public, donner des cours (je suis à la base professeur d’anglais), raconter une histoire. Transmettre, quoi.

 

Je crois que ce qui me porte le plus est l’opportunité de toucher l’autre, que ce soit un élève lors d’un cours, un membre du public qui vient me voir chanter ou assister à une représentation théâtrale.

 

J’ai vraiment besoin aussi de laisser aller mon imaginaire, une sorte de poésie… J’aime les personnages par dessus tout, les dessiner, les incarner et cette passion se retrouve aussi dans les textes des mélodies que je compose qui parlent très souvent de gens, leur histoire, des tranches de vie.

 

 

J’ai passé l’année dernière à New York et cette ville m’a à la fois boostée et ouvert les bras car absolument tout y est possible, elle m’a encore davantage fait prendre conscience de l’importance d’être humble car elle regorge d’artistes qui veulent tous exister et être reconnus.

 

 

-       Tu es vraiment une artiste multidisciplinaire, où vas-tu chercher toutes tes inspirations?

 

Disons que j’ai des goûts très éclectiques.

 

Côté musique, mon « number one » est Patrick Watson par rapport à son travail sur l’esthétique (textes, univers, production), j’aime aussi Blossom Dearie pour le Jazz, Feist pour la pop. Mais j’écoute aussi beaucoup de folk, d’opéra et de musique classique. The Do, Ray Lamontagne, Gustav Mahler, Sergei Rachmaninov… La liste serait trop longue!

 

Côté ciné, j’adore l’univers de Claude Sautet, celui de Jacques Audiard, et des interprètes comme Romy Scheider, Juliette Binoche…

 

Côté dessin Shaun Tan, Victor Soren et Nicolas de Crecy sont des illustrateurs que je vénère.

 

Je m’inspire, me nourris donc de beaucoup de choses… Comme a dit Michel Pettruciani un jour à un de ses élèves : « Imite Monk même si tu n’es pas lui, parce que de l’imitation sortira forcément quelque chose qui sera vraiment toi ». J’aime cette idée de se construire de milliers de petites choses qu’on a aimées…

 

-       J’imagine que tu dois avoir plein d’idées en tête, qu’est ce que tu nous prépares comme projet ?

 

 

Je prépare une exposition de mes dessins à l’étranger, je vais jouer à la rentrée dans une pièce satirique écrite par deux metteurs en scène parisiens, je vais participer en décembre à un court-métrage en anglais avec une réalisatrice de la New York Film Academy et je construis tout doucement un beau projet jazz pop alternatif…

Pour la suivre et en savoir plus :

Marie Louise Favoris Shop Vintage